Zohra Benchégra

20190829_114844
20170920_165705

Simon Brousseau
Sylvie Brousseau
& Lazed Artiste Recycleur
Du 03 au 09 septembre 2019

 

 


Vernissage
Jeudi le 5 septembre 2019

à partir de 17h

Horaire de la semaine
mardi & mercredi de 13h à 20h.
Jeudi au dimanche de 12h à 21h.
Lundi le 09 septembre de 12h à 15h


PRÉSENTATION DE L’ARTISTE

La relation que nous entretenons avec notre environnement est nocive, peu respectueuse. Ma mission, en tant qu’artiste recycleur, est de récupérer : revues, journaux, sacs plastiques, polystyrène, cartons, capsules de bières…etc.

Pour les enfermer dans des croûtes de papier mâché, et réaliser des œuvres. Mon parcours atypique et souvent autodidacte, m’a aidée à offrir à mes mains, toute l’intelligence, la patience, la créativité qui m’amènent à ce jour à exposer mes créations.

La musique, la danse, les compositions florales, le trompe-l’œil m’ont guidée dans ce parcours si particulier et tellement enrichissant. Je suis une autodidacte heureuse !

Mes ressources artistiques ne se limitent pas au papier mâché, une formation de peintre décorateur suivie aux ateliers de Pantin (région parisienne) m’a permis de développer des techniques de patine (antiquage) et de trompe-l’œil, et m’a amenée à m’intéresser de près aux techniques de revêtements muraux sans COV (Composés Organiques Volatils) tels les enduits à la chaux, les peintures à base de caséine.

Quelques chantiers à mon actif, notamment en France, Ce catalogue est concentré sur mes créations en papier mâché, d’autres catalogues illustrant l’antiquage et les revêtements sont mis à disposition.

DESCRIPTIF DE LA TECHNIQUE DE PAPIER MACHÉ

La technique traditionnelle de papier mâché consiste en l’assemblage de matériaux légers tels que : broches métalliques et bande de papiers journaux, ainsi que de la colle. Mes valeurs environnementales et ma créativité m’ont permis de développer une technique personnelle, décrite ci-dessous : Initialement, je récupère plastique, papier journaux, magazines, ou tout autre matériau présent dans nos déchets recyclables. Par la suite, le squelette de ma création est uniquement formé de cet ensemble recyclé et ne fait intervenir aucune armature classiquement utilisé pour donner une forme initiale à la création.

Ainsi, toutes mes créations sont pleines de l’intérieur, leur donnant ainsi non seulement un volume, mais aussi une pré-solidité. Par la suite, des bandes de papiers journaux viennent recouvrir ces créations. Une fois sèche, je prépare ma pâte de cellulose à base de colle traditionnelle (mélange farine-eau) , puis j’applique en couches successives cette pâte, avec des temps de séchage entre elles. Cette étape permet d’ores et déjà d’obtenir une forme initiale de mon œuvre.

De plus, je n’hésite pas à détourner certains matériaux conçus pour le bâtiment, ou autres, tels : le plâtre, le ciment, les sciures de bois..etc. Ceux-ci confèrent plus de solidité à ma création. Cette technique est le fruit de plusieurs essais et expériences qui m’ont permis de contourner la conception traditionnelle, et de ce fait, atteindre mon objectif d’artiste recycleur.

Lorsque la forme brute est atteinte, je procède à une étape de ponçage afin de lisser la création s’il y a lieu. L’étape finale quant à elle, consiste à patiner (travailler à la peinture) ma création afin de lui donner le rendu voulu. Ma formation de peintre- décorateur et de trompe-l’œil me permis d’obtenir une multitude de rendus et de finis.